Rythmes scolaires

Share Button

Courrier à Vincent Peillon sur l’application dans les écoles privées sous contrat.

rythmes scolairesMonsieur le ministre,

J’ai été alertée par de nombreux maires et les délégués départementaux de l’éducation nationale sur l’intention affirmée de certaines écoles privées sous contrat de ne pas appliquer le décret concernant la mise en œuvre des nouveaux rythmes scolaires en 2014.
Cette attitude apparait comme essentiellement clientéliste afin d’attirer de nombreux parents désorientés face à la désinformation qui règne actuellement autour de ce sujet.
Cette situation qui créerait deux types d’écoles, les unes fonctionnant sur 4 jours et les autres sur 4 jours ½ conformément à la loi n’est pas acceptable. Elle risque également de se traduire par des fermetures de classes publiques plus particulièrement en zone rurale alors que de nombreuses communes ont engagé des travaux importants de réhabilitation.
Il ne serait pas non plus acceptable que des écoles financées par des fonds publics se soustraient à leurs obligations contractées avec la République.
Face à cette situation, qui ne doit pas être spécifique à mon département, quelles mesures envisagez-vous de prendre pour faire respecter leurs obligations par toutes les écoles sous contrat ?
Je vous prie de croire, Monsieur le ministre, en l’expression de mes salutations les meilleures.

Une réflexion au sujet de « Rythmes scolaires »

  1. Bonjour Cécile,
    Je te remercie pour le travail que tu effectues au Sénat. Chacune de tes interventions est intelligente et perspicace comme ce courrier que tu adresses au ministre.
    Le sujet que tu soulèves est réel à la Fouillouse. La directrice de l’école privée (classes de maternelle et élémentaire) est favorable (les parents ont été sondés par l’école : 90% sont favorables au maintien de la semaine des 4 jours) à la non application de la réforme des rythmes scolaires. Elle prétend que les écoles privées, même sous contrat avec l’Etat, ne sont pas obligés d’appliquer la réforme. Qu’en est-il exactement ? En même temps elle reconnait que cela va poser problème car dans notre commune plusieurs temps sont communs avec les deux écoles publiques feuillantines (maternelle et élémentaire) notamment la pause méridienne avec la cantine communale. Elle demande de la cohérence locale ! Je perçois aussi chez elle un refus qui repose plus sur des inquiétudes concernant les moyennes dont elle disposerait pour appliquer la réforme (financement et qualité des temps périscolaires) qu’un refus catégorique. Bref que les enseignants ou que les parents d’élèves soient issus des établissements publics ou privées pour la majorité d’entre eux ils me semblent que leur souci principal est d’offrir la meilleure éducation à leurs enfants.
    Lorsque tu auras reçu une réponse du ministre j’espère que tu pourras me la communiquer.
    Je t’embrasse,
    Nathalie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *