Défendre le droit à l’IVG

Share Button

 ivg -2Intervention en commission des lois sur la suppression de la notion de détresse pour le recours à l’IVG

Projet de loi Egalité réelle entre les hommes et le femmes; article 5 quinquies C

Mme Cécile Cukierman. – La contraception et l’IVG n’ont rien à voir. En France, une IVG nécessite des rendez-vous préalables, une prise en charge, une intervention en milieu hospitalier, et a des conséquences sur le corps de la femme. Un équilibre avec le droit à la vie a été trouvé en fixant un nombre de semaines. Mais les temps ont changé. Le terme de « détresse » ne convient plus : il est péjoratif et stigmatisant. Sans qu’une femme soit en situation de détresse, les aléas de la vie peuvent faire qu’elle décide d’interrompre une grossesse. Supprimer le terme de « détresse » comme l’ont prévu les députés est donc bienvenu et dépassionne le débat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *