Réforme territoriale

Share Button

ARA2Communiqué de presse suite aux annonces concernant la réforme territoriale.

Deux textes dangereux pour la démocratie locale!

Fusion des régions, baisse du nombre d’élus, renforcement des compétences régionales et affaiblissement des départements sont les principaux enseignements que je tire des deux textes présentés ce matin en Conseil des Ministres.
Celui sur la fusion des régions, la réduction du nombre d’élus régionaux ainsi que le report des élections arrivera en débat dès la 1ère semaine de juillet au Sénat. 15 jours : c’est le temps que le gouvernement accorde aux sénateurs pour travailler sur ce texte aux conséquences très lourdes.
Il y a tout d’abord un problème de méthode puisque nous allons définir de nouveaux périmètres. En effet, ce ne sera qu’à l’automne que nous débattrons des nouvelles compétences. Or, un périmètre territorial ne se décide pas en soi mais en fonction des politiques à mettre en œuvre, dès lors que l’objectif recherché est bien celui de répondre aux besoins des populations. La baisse du nombre d’élus est incompréhensible. D’ores et déjà, je l’affirme : il est impensable que les démocrates de tout bord puissent voter ce texte. Qui peut dire qu’à 150 élus la démocratie sera maintenue dans la grande région Auvergne /Rhône-Alpes? Avec moins d’élus qu’aujourd’hui pour la seule région Rhône Alpes, il faudrait faire plus et mieux. C’est illusoire, sauf à abaisser la qualité des politiques publiques, le lien avec les femmes et les hommes sur nos territoires.
Cette deuxième région de France, si le recouplage est confirmé, posera de nombreux problèmes, ne serait-ce que pour les déplacements des élus et des agents, les territoires de l’ouest étant ceux dont le réseau autoroutier et de grandes routes est le plus élevé en altitude de notre pays.
Une perte du nombre d’élus est d’ores et déjà affirmée, mais certainement à plus ou moins court terme une saignée dans le nombre d’agents régionaux, là encore au détriment du service rendu aux habitantes et aux habitants de nos territoires.
De fait, certains départements seront marginalisés de par le peu d’élus prévus sur leur section.
Ainsi la Métropole de Lyon, poumon de cette nouvelle région, aura 28 élus quand le Cantal n’en aura que 5.
Pour notre département avec 17 élus contre 20 aujourd’hui, la proximité et le pluralisme seront les grands perdants de cette réforme.
Et pourtant, sans proximité ni pluralisme, pas de démocratie.

 

 

Une réflexion au sujet de « Réforme territoriale »

  1. Totalement en accord avec vous,ce n’est pas en concentrant plus encore les pouvoir que l’ont aura plus de démocratie.Ils me font bien rire avec leur décentralisation a la noix.Ne nous laissons pas piétiner par ce gouvernement fantoche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *