Lyon : Soutien pour l’internat municipal Favre

Share Button

Internat FavreUn article du  Progrès : Remise d’une pétition et nouvelle pression des salariés de l’internat Favre

Accompagnés de parents, les salariés de l’internat ont voulu déposer hier mercredi une pétition en mairie du 4e. Le maire l’a finalement réceptionné à l’internat lors d’une table ronde.
Les salariés de l’internat municipal Favre se mobilisent depuis le 10 décembre 2014 contre la fermeture annoncée de cette structure qui accueille des « enfants en difficulté scolaire et/ou sociale » comme l’explique la sénatrice de la Loire Cécile Cukierman à Najat Vallaud-Belkacem, dans sa lettre de soutien à l’internat.
Aucun projet immobilier dans les tiroirs
Ce mercredi, salariés, parents… sont venus apporter à 16h une première pétition, en mairie. Les élus n’étant pas là et après une courte occupation de la mairie, il a été décidé que David Kimelfeld, maire du 4e se rendrait à 18h30 à l’internat pour recueillir ces 2 391 signatures. Plus qu’une simple remise de la pétition, les salariés ont pu exprimer à nouveau leurs craintes et regrets autour d’une table. La maman de Morgane, jeune pensionnaire de 10 ans, a expliqué les raisons qui l’ont amenée à placer son enfant à l’internat Favre et son bonheur de la voir s’épanouir.
« Je ne vais pas remettre en question la décision prise par Gérard Collomb, que j’ai votée », a précisé l’élu qui se fera le messager auprès du maire de Lyon de toutes les interrogations et incompréhensions que cette fermeture suscitent. Il assure que la Ville est au travail et qu’Anne Brugnera, élue en charge de l’Education, met en place un accompagnement des familles. Il tient aussi à souligner qu’il n’y a aucun projet immobilier lié à ce site. Un lieu qui devrait garder sa vocation d’accueil d’enfants, mais avec un autre projet porté par la Métropole.
« Ici, nous faisons de futurs citoyens responsables qui créeront la société de demain et c’est vous, les politiques qui devez insuffler cela, on compte sur vous! », a interpellé une éducatrice en guise de conclusion.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *