Difficultés de l’AFPA

Share Button

AFPAQuestion écrite au ministre de l’emploi sur les difficultés de l’association pour la formation professionnelle des adultes.

Voir la réponse

Mme Cécile Cukierman attire l’attention de M. le ministre du travail, de l’emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social sur la situation particulièrement difficile de l’association pour la formation professionnelle des adultes (AFPA). Depuis 2007, l’AFPA a perdu 80 millions d’euros de commandes publiques. Ces baisses de commandes s’expliquent notamment par les procédures d’achat de formation des conseils régionaux. Ainsi en février 2015, 40 000 stagiaires suivaient une formation à l’AFPA pour un potentiel de 55 000 stagiaires. Cette situation est particulièrement difficile à supporter tant par les demandeurs d’emploi qui peinent à se former que par les personnels dont les conditions de travail se dégradent. Des mesures conjoncturelles semblent se dessiner mais seront certainement insuffisantes. Or, les organisations syndicales portent des solutions alternatives.Les conseils régionaux peuvent avoir recours aux services de l’AFPA au travers de « la théorie de l’initiative ». Dans ce système, c’est l’opérateur qui doit proposer ses services à la collectivité territoriale pour rendre un service public d’intérêt général. Une autre solution consisterait à utiliser des contrats de prestations intégrées à condition que les régions intègrent la gouvernance de l’AFPA en lieu et place de l’association des régions de France (ARF). Enfin, le recours aux « services sociaux d’intérêt général », sous réserve de l’adoption d’une loi est également une alternative crédible. C’est pourquoi, face à l’urgence de la situation, elle lui demande quels sont les axes de travail étudiés afin de pérenniser l’AFPA.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *