Groupe Vivarte

Share Button

Question d’actualité au Gouvernement sur les pertes d’emplois et  licenciements au sein du groupe Vivarte.

Pour la vidéo cliquez ici.

Monsieur le Président, Madame la ministre, Mes chers collègues,

Après les fleurons de notre industrie, c’est le premier groupe d’habillement français qui annonce la suppression de près de 2 000 nouveaux emplois et la liquidation d’enseignes centenaires présentent sur l’ensemble du territoire. En effet pas une région, pas un département ne sera épargné par ce plan massif de destruction d’emploi qui intervient après la suppression de près de 4 000 emplois en deux ans.
Cela fait plusieurs années que le groupe Vivarte est victime de fonds d’investissement vautours poursuivant des objectifs de court terme, sous le regard indifférent de l’Etat, alors même que ce groupe a reçu près de 44 millions d’argent public, dont 14 millions d’euros en 2016 de CICE. Face à l’attitude des actionnaires et des fonds de pension, notre pays a besoin de mesures fortes pour la défense de ces entreprises et des salariés de celles-ci et non des actionnaires !
Madame la ministre qu’allez-vous faire ? Votre rhétorique n’est plus acceptable. Comment pouvez-vous dire à ces milliers de salariés que rien ne sera fait ?
Il vous reste 4 semaines parlementaires pour inscrire à l’ordre du jour un projet de loi permettant d’encadrer et de sanctionner les plans sociaux d’optimisation financière, 4 semaines pour protéger les entreprises victimes de ce fléau pour notre économie, pour les salariés qui y travaillent. Ce texte peut voir le jour, cela dépend de la volonté gouvernementale. A quelques semaines d’échéances électorales décisives comptez-vous enfin répondre aux attentes des salariés dans notre pays ? Sinon votre inaction vous rendra encore une fois complice de fait de ces fonds prédateurs qui asphyxient notre économie.

Réplique après la réponse de la ministre
Merci madame la Ministre. J’aurai préféré ne pas vous entendre constater que ce n’était pas le premier plan raté mais qu’en tout cas ce sera bien le dernier et qu’avec une volonté et une législation à la hauteur dans notre pays, nous ne vivrons plus de tels désastres économiques aux conséquences sociales et territoriales catastrophiques dans les mois et dans les années qui viennent. Nous pensons effectivement que dans notre pays vous auriez dû poser une loi contre les licenciements boursiers plutôt que la loi que vous nous avez proposée au printemps dernier qui a finalement consisté à casser le code du travail et ne permet pas aujourd’hui de sécuriser les entreprises, les salariés dans l’ensemble des départements et régions de notre pays. Nous le regrettons.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *