Coordonnées

Share Button

Pour me joindre, vous pouvez utiliser l’index contact ou écrire à ma permanence parlementaire :

Mme Cécile Cukierman
1C, rue Aristide Briand
42240 Unieux

Mes collaborateurs sont joignables au 04 77 83 48 55:

 

Une réflexion au sujet de « Coordonnées »

  1. Objet: Courrier de contestation
    Chère madame,
    Par la présente, je me permets de vous interpeller au sujet de votre dernier courrier adressé à M. François Hollande au sujet de mon pays, la Côte d’ivoire.
    Je puis d’emblée vous dire que, j’ai été très choqué par le contenu de ce courrier qui, n’a visiblement pour d’autre but que dénigrer mon pays et ses autorités légitimes.
    S’il est de votre droit de soutenir l’ex-président M. Gbagbo et ses partisans, en revanche vous n’avez pas le droit de raconter des contrevérités au sujet de la Côte d’ivoire. A titre d’illustration, vous écrivez que M. Michel Gbagbo est empêché de venir répondre aux convocations du juge, mais tout en oubliant soigneusement d’ajouter que ce dernier fait l’objet d’une procédure judiciaire en Côte d’ivoire pour des faits graves; et qu’il ne bénéficie à l’heure actuelle que d’une liberté provisoire étant encore sous le contrôle judiciaire. C’est donc la justice ivoirienne qui s’oppose à son voyage en France par crainte de le voir se soustraire définitivement de la justice.
    Autre contrevérités dans votre courrier, vous écrivez sans craindre que  »La répression envers certains syndicats, des organisations de la société civile et certains partis politiques est également un élément inacceptable ». Sur quels éléments reposent vos affirmations ?
    Chère Madame, les syndicats, les associations et les partis politiques sont libres de leurs activités en Côte d’ivoire. Même le parti de votre camarade Laurent Gbagbo qui, par son refus de reconnaître la victoire de M. OUATTARA aux élections présidentielles dernières, est le principal responsable de la crise, exerce librement et partout en Côte d’ivoire sans entraves ses activités politques.
    Par ailleurs, vous parlez d »’arrestation et la détention massive et arbitraire de centaines d’Ivoiriens depuis la venue au pouvoir d’Alassane Ouattara ». De quelle détention arbitraire s’agit-il ?
    Sachez que ceux qui sont détenus actuellement sont généralement les miliciens et mercenaires recrutés par Gbagbo en vue de confisquer le pouvoir pendant la crise post-électorale. Ces gens ne sont pas des pauvres innocents qui seraient arbitrairement détenus, ils ont bien commis des crimes atroces et la plupart ont été arrêtés sur le théâtre des opérations. Ce pour empêcher le président démocratiquement élu d’accéder au pouvoir. Aussi, il y a en a qui ont été arrêté récemment pour avoir mener des violentes attaques contre les basses militaires pour déstabiliser le régime en place. Vous voulez-vous qu’on les libère ces personnes sans qu’ils ne soient jugés ?
    D’où tirez-vous vos informations qui sont fausses les unes des autres ? Aviez-vous recoupé vos informations auprès de d’autres sources indépendantes ? Aviez-vous une fois été en Côte d’ivoire ? Que savez-vous réellement de ce pays, pour jouer ainsi la donneuse de leçon ?
    Comme tout pays qui sort de longues années de crise, on ne peut dire que tout est parfait, mais de là à forcer ainsi les traits à coup de mensonges, m’apparaît proprement irresponsables de votre part. Mettez surtout dans votre esprit confus de bien-pensant que, si nous sommes arrivés à cette situation que vous décrivez avec exagération c’est justement parce que votre camarade GBAGBO a refusé de céder pacifiquement le pouvoir à Ouattara après sa défaite électorale, pratiquant la politique de la terre brûlée, il a laissé un pays totalement en ruine avant qu’il ne soit arrêté à la grande joie de l’immense majorité des ivoiriens.
    Les ivoiriens sont aujourd’hui en pleine réconciliation et reconstruction du tissu social et économique de leur pays, abstenez vous par vos écrits irresponsables de remuer le couteau dans les plaies.
    En tout état de cause, ni la Côte d’ivoire ni le régime actuel n’a de leçon à recevoir de vous communiste, lorsqu’on sait tous à travers l’histoire récente ce qu’a été les horreurs laissé au monde entier par les régimes communistes. Les centaines de millions de mort laissées dans les goulags communistes devraient vous interpellez, plutôt que de vous acharner sur des régimes africains avec vos gros sabots de redresseurs de torts. Vous ferez mieux de balayer déjà devant votre propre porte, la justice est-elle indépendante en France ici ? Etes-vous sûr qu’il n’y a pas aussi de collusion entre cette justice et l’exécutif ? Laissez les ivoiriens tranquilles. Car cette autre époque de la france-afrique qui consiste à donner en permanence des leçon aux africains est révolue chère Madame !
    Bien cordialement,
    Par Meite Youssouf, de nationalité ivoirienne, Docteur en Droit public en Analyste politique, élève-avocat à l’Ecole de Formation Professionnelle des barreaux de la Cour d’appel de Paris;
    Chère Madame sachez que ceux qui

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *