Santé bucco-dentaire

Share Button

Communiqué de presse : Les chirurgiens-dentistes se mobilisent contre la remise en cause de la santé bucco-dentaire

Alors que les patient-e-s renoncent de plus en plus aux soins dentaires pour des raisons financières, l’annonce par le candidat Emmanuel Macron de « mettre en place le remboursement à 100% des prothèses dentaires et auditives, ainsi que des lunettes, d’ici 2022 » a été positivement entendue.
Il a simplement oublié de préciser qu’il souhaitait introduire plus de concurrence entre les mutuelles et les assurances privées et réduire le périmètre de l’Assurance maladie pour y parvenir. Après avoir laissé les acteurs assurantiels privés et mutualistes se développer dans le secteur dentaire pendant des années, l’ancienne Ministre de la Santé M. Touraine avait été chargée de siffler la fin de la récréation en imposant un règlement arbitral pour la prise en charge des soins.
Or, ce règlement, décidé unilatéralement, s’inscrit dans l’austérité budgétaire généralisée. Il impose de nouveaux actes dentaires opposables pour lesquels la prise en charge des patient-e-s est abandonnée au système assurantiel complémentaire et privé. De fait, il encourage un système de soins à plusieurs vitesses Lire la suite

Santé bucco-dentaire

Share Button

Réponse de Mme la ministre à ma question du 9 mars 2017.

Voir ma question

La ministre des affaires sociales et de la santé a reçu la proposition d’arbitrage de Bertrand Fragonard, président de chambre honoraire à la Cour des comptes, relative à la négociation conventionnelle entre les représentants des chirurgiens-dentistes et l’assurance maladie. Elle a décidé d’approuver cet arbitrage, mettant ainsi en œuvre les nouveaux tarifs et plafonds relatifs aux soins dentaires.
Le financement actuel de la chirurgie dentaire n’incite pas à la réalisation d’actes de prévention et favorise la pratique de dépassements tarifaires sur les prothèses dentaires :

  • 25% du coût des soins dentaires restent donc à la charge des familles ;
  • le taux de dépassement d’honoraires sur les prothèses dentaires a progressé de 66 pts en 10 ans, pour atteindre près de 300% en moyenne du tarif remboursé ;
  • un Français sur cinq renonce aux soins dentaires pour des raisons financières.

Lire la suite

Prothésistes dentaires

Share Button

Absence de statut de prothésistes dentaires ; réponse du ministère.

Voir ma question écrite

La situation des prothésistes dentaires n’en fait pas des auxiliaires médicaux dans le sens où ceux-ci interviennent, à partir des indications techniques, empreintes ou moulages fournis exclusivement par le chirurgien-dentiste.
Le prothésiste dentaire est chargé de réaliser l’appareillage destiné à la restauration et au rétablissement fonctionnel et esthétique du système manducateur. Ces caractéristiques font que le prothésiste n’est pas dans une situation où il peut avoir un accès direct au patient.
Le code de la santé publique ne comporte aucune disposition les concernant puisque la profession relève, pour sa réglementation, du ministère en charge de l’artisanat. De même, compte tenu de cette spécificité, la formation du prothésiste dentaire relève de la compétence du ministère de l’éducation nationale, de l’enseignement et de la recherche auquel il appartient de se positionner sur la question de la qualification au niveau III.

Prothésistes dentaires

Share Button

Question à la ministre de la santé : Absence de statut de prothésiste dentaire

Voir la réponse du ministre

Mme Cécile Cukierman attire l’attention de Mme la ministre des affaires sociales et de la santé sur l’absence de statut de prothésiste dentaire. La profession de prothésiste dentaire a connu des bouleversements majeurs ces dernières années avec, d’une part, les avancées technologiques comme l’imagerie numérique 3D qui modifient sensiblement les compétences nécessaires à l’exercice de cette profession et, d’autre part, les contraintes liées à la directive européenne sur la fabrication des dispositifs médicaux. L’attractivité d’une carrière d’avenir pour les jeunes dans cette profession est aujourd’hui mise à mal Lire la suite