Prévention anti-drogue en établissements scolaires

Share Button

LOGO droguePar une question écrite, j’interpelle la Ministre de l’Education sur la mise en place d’un plan de prévention anti-drogue dans le milieu scolaire.

Mme Cécile Cukierman attire l’attention de Mme la ministre de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche sur la mise en place d’actions de prévention anti-drogues dans les établissements scolaires. L’association « Non à la drogue, oui à la vie » se bat pour sensibiliser les jeunes et les parents sur les dangers des drogues, et une cinquantaine de bénévoles a mené des actions lors de l’Euro 2016, aux abords des stades. De nombreux acteurs du secteur médical, social et du corps enseignant se sont associés à cette démarche. La consommation de drogues a toujours été un fléau mais à cela s’ajoute de fausses informations à ce sujet : dépénalisation, distinction entre drogues « dures » et drogues « douces »: les jeunes sont perdus dans cette masse d’informations et subissent une forte pression par les dealers ou drogués pour les inciter à se droguer. Les actions de prévention organisées par les institutions gouvernementales doivent se multiplier, pour que les enfants soient informés dès leur plus jeune âge. Dans ces conditions, Madame Cécile Cukierman demande à Madame la ministre de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche quelles mesures elle compte prendre pour instaurer des actions de prévention anti-drogue pluriannuelles dans les écoles, collèges, lycées et établissements d’enseignement supérieur.

PJL santé : Don du sang, médecine du travail…

Share Button

don-du-sangUn pas en avant, deux pas en arrière.

Les sénatrices et sénateurs du groupe communiste, républicain et citoyen se réjouissent de l’autorisation de don du sang pour les personnes homosexuelles. Cette disposition avait été supprimée par la droite sénatoriale, le groupe CRC avait donc déposé un amendement avec d’autres groupes pour la rétablir.
Le groupe se félicite également que soit enfin autorisée l’ouverture de salles de consommation à moindre risque pour les usagers de drogue, même si la logique répressive continue à primer, ce que nous regrettons.
En matière de médecine du travail, l’amendement également déposé par le groupe CRC visant à rétablir l’obligation de présence de données sexuées dans le rapport annuel a été adopté. Mais cela est loin de faire le compte face à la fragilisation en cours de la médecine du travail (démographie médicale, indépendance remise en cause de ses missions).
Quant à la santé environnementale, les parlementaires du groupe CRC ont été particulièrement actifs dans le débat sur l’amiante mais les engagements ministériels restent largement en deçà des enjeux.
Il n’en demeure pas moins que la logique libérale du texte constitue une attaque grave pour notre système de santé.

Paris, le 18 septembre 2015