Reconnaissance d’un Etat palestinien

Share Button

israel palestineProposition de résolution du groupe CRC sur la reconnaissance par la France d’un Etat palestinien dont je suis signataire.

Lire la proposition de résolution

Extrait :

Le Sénat…/…Vu la résolution 181 du 29 novembre 1947 de l’Assemblée générale des Nations Unies…/…Vu la résolution 242 du 22 novembre 1967 du Conseil de sécurité des Nations Unies …/… Vu la résolution 446 du 22 mars 1979 du Conseil de sécurité …/… Vu la résolution 1515 du 19 novembre 2003 …/… Vu la reconnaissance, en novembre 2012, à la Palestine du statut d’État observateur non-membre de l’ONU,

Affirme solennellement son attachement au principe d’un État palestinien viable, vivant en paix et en sécurité aux côtés de l’État d’Israël ;

Exprime le souhait que la France reconnaisse l’État palestinien souverain et démocratique sur la base des lignes de 1967, avec Jérusalem comme capitale des deux États ;

Invite la France à tout mettre en œuvre pour faire aboutir sur le terrain la solution négociée de deux États indépendants contigus.

La déclaration de mon groupe

Share Button

Cecile002Les sénateurs du groupe CRC veulent œuvrer au rassemblement de tous ceux qui souhaitent construire une politique alternative à gauche.

La France traverse une crise économique et sociale d’une rare violence. Elle génère une crise politique profonde, une crise de confiance à l’égard des élus, une crise de valeurs.
Notre peuple subit depuis maintenant plus de 40 ans, crise après crise, une précarisation croissante, une angoisse qui s’amplifie d’année en année face à l’avenir. Alors que le progrès technologique permet, en théorie, l’amélioration de la qualité de vie bien souvent c’est à une dégradation des conditions d’existence que l’on assiste, comme l’atteste la réduction drastique de l’accès aux soins. Depuis plus de 20 ans les inégalités de richesses sont en progression. Aujourd’hui, les plus riches sont toujours plus riches, les pauvres toujours plus pauvres.
Ces promesses non tenues depuis des décennies, les vives déceptions après les grands espoirs de 1981, de 1997 mais aussi après le référendum de 2005, sont de toute évidence à la source de cette grave perte de confiance. Cette dernière ouvre le chemin aux démagogues, à ceux qui pour conquérir le pouvoir, dressent ceux qui souffrent les uns contre les autres, plutôt que les unir face aux puissances financières. Lire la suite