Situation en Guyane

Share Button

Je partage le CP de ma collègue Gélita Hoarau, Sénatrice de La Réunion.
Guyane, « les racines du mal »

Malgré les annonces du Gouvernement et la loi votée en fin d’année 2016 pour l’Egalité réelle des Outre-mer plusieurs organisations guyanaises dont celle des 500 Frères, syndicats et notamment l’UTG regroupés au sein du collectif « Pour que la Guyane décolle » ont appelé à la grève illimitée hier. Nombreux sont celles et ceux qui déjà pointaient une loi n’allant pas assez loin, ne répondant à l’exigence de la situation et aux besoins des ultramarins.
Comme de nombreux territoires ultramarins la Guyane possède des atouts de taille, que l’investissement ne suit pas pour mettre en valeur. Comme de nombreux territoires ultramarins les difficultés se cumulent, entre chômage endémique, coût de la vie excessif et criminalité importante. La situation guyanaise aurait pu se produire partout en Outre-mer tant nous souffrons du même désintérêt. Relégués au rang de vieilles colonies, Français de seconde zone, il est temps de prendre en compte les questions de fond.
Je tenais à réaffirmer toute mon amitié au peuple guyanais qui se bat pour une exigence de responsabilité, pour un plan d’investissement massif, pour sa dignité et l’égalité. J’appelle de tous mes vœux à de véritables négociations portant sur l’avenir de la Guyane.

Paris, le 29 mars 2017

Loi Macron : Financement du transport outre-mer

Share Button

La Réunion_small_1« …Prévoir un complément de financement pour les transports ferroviaires d’outre-mer à venir, les outre-mer ayant été évincés de la dotation ferroviaire… »

Mme Cécile Cukierman. En métropole, les infrastructures ferroviaires sont financées par l’État. Aux termes des articles 124 et 126 de la loi du 13 décembre 2000 relative à la solidarité et au renouvellement urbains, les régions métropolitaines sont compétentes en matière d’organisation des services ferroviaires régionaux de transport des voyageurs sur le réseau ferré national.
Dès le 1er janvier 2002, l’organisation et le financement des services ferroviaires régionaux de voyageurs ont ainsi relevé de la compétence des conseils régionaux, et l’État a transféré aux régions la gestion de 1,5 milliard d’euros par an de ressources publiques pour ce réseau ferroviaire.
Le transfert aux régions s’est accompagné d’une « dotation ferroviaire » pour en assurer le fonctionnement.
Or, comme il n’existait pas de réseau ferré national outre-mer, cette disposition de la loi de 2000 s’est révélée inopérante, Lire la suite

PJL portant réforme des ports d’Outre-mer

Share Button

PROJET DE LOI PORTANT RÉFORME DES PORTS D’OUTRE-MER RELEVANT DE L’ÉTAT ET DIVERSES DISPOSITIONS D’ADAPTATION DE LA LÉGISLATION AU DROIT DE L’UNION EUROPÉENNE DANS LE DOMAINE DES TRANSPORTS n° 2012-260  (dossier législatif)

  • Intervention 3
  • M. le président. La parole est à Mme Cécile Cukierman.
     Mme Cécile Cukierman. Monsieur le président, monsieur le ministre, mes chers collègues, je vous prie tout d’abord de bien vouloir excuser Paul Vergès, qui aurait aimé être présent parmi nous aujourd’hui. La benjamine de cette assemblée s’exprimera donc au nom de son doyen ! (Sourires.)
  • Intervention 4
  • Mme Cécile Cukierman. Le présent projet de loi nous a été présenté par le ministre chargé des transports, M. Thierry Mariani, comme étant « le fruit d’une concertation préalable approfondie que Marie-Luce Penchard, ministre chargée de l’outre-mer, [a] menée avec chaque catégorie d’acteurs de la place portuaire ultramarine concernée ».

    Nous en avons pris acte. Il est vrai que ce texte est attendu avec une grande impatience par toutes les communautés portuaires d’outre-mer, notamment à la Réunion.

    Néanmoins, je voudrais revenir sur les propos tenus par Mme Herviaux sur le désengagement de l’État de la gestion de nos ports : le fait que ce dernier n’ait assuré aucun contrôle de l’activité des concessionnaires a eu pour conséquence l’application de tarifs portuaires sans rapport avec les coûts réels, donc un renchérissement des prix outre-mer. La responsabilité de l’État dans le niveau élevé du coût de la vie outre-mer est ainsi soulignée de manière tout à fait remarquable. Lire la suite