Agriculture : Non aux fermes usines

Share Button

1000 vachesProcès ferme des 1000 vaches : soutien et relaxe pour les 9 d’Amiens.

Demain, mercredi 17 juin, se tiendra à Amiens le procès en appel de 9 syndicalistes paysans ayant participé à une manifestation contre l’installation de la ferme des 1000 vaches dans laquelle le lait n’est qu’un sous-produit vendu à un prix bradé uniquement grâce aux subventions de la méthanisation.
J’apporte mon soutien à la lutte de ces 9 syndicalistes, ainsi qu’à la Confédération Paysanne qui se mobilise contre ces fermes usines.
Le seul fait d’arme de ces syndicalistes, considérés aujourd’hui comme des délinquants est d’avoir symboliquement démonté une pièce de la salle de traite afin d’alerter l’opinion publique et le gouvernement sur les conséquences désastreuses de cette implantation.Pour des agriculteurs attachés à leur terre, à leurs animaux, ces fermes usines sont une dérive dangereuse de ce que l’on ne peut plus appeler agriculture. Pour cela, ils ont été condamnés à des peines allant jusqu’à 5 mois de prison avec sursis.
Rappelons que cette ferme usine propriété d’un grand patron du nord, 369ème fortune française, pourrait préfigurer de l’éclosion des « fermes folles » en France, pilotées par des groupes de la grande distribution ou des fonds spéculatifs…
Alors que chacun parle d’agriculture raisonnée, de circuits courts, de transition écologique…et que les scandales de la malbouffe éclatent régulièrement dans la presse, il apparait incroyable que ceux qui défendent une agriculture de qualité soient trainés devant les tribunaux.
L’approvisionnement de la planète ne doit pas être abandonné aux mains de spéculateurs peu scrupuleux pour qui, la faim dans le monde, peut être source de profits juteux.
Alors que chaque jour des paysans sont contraints de fermer leur exploitation, nous devons défendre un développement s’appuyant sur une alimentation de qualité, saine et accessible, sur des productions relocalisées avec des paysans rémunérés au juste prix.
Comme pour les 5 de Roanne, le procès des 9 d’Amiens nous rappelle que nous devons, en permanence, rester mobiliser pour défendre le droit de manifester, la liberté d’expression pour mettre l’humain au cœur de notre société.>
Malheureusement, la loi sur le renseignement, actuellement en débat au parlement, me fait craindre que de plus en plus de syndicalistes soient poursuivis grâce aux nouvelles méthodes de collecte de renseignement sans pour autant atteindre l’objectif affiché de la lutte contre le terrorisme.
Etant retenue à Paris par les travaux du Sénat, je ne pourrai malheureusement pas être présente aux côté de ces syndicalistes mais comme en décembre 2014 à Roche la Molière, ils peuvent compter sur mon soutien le plus total pour obtenir leur relaxe.

Unieux, le 16 juin 2015

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *