Santé en Loire Sud

Share Button

150703 Débat CGT santé-photo-celik-erkulUn article du Progrès – Avenir des hôpitaux de proximité : Feurs au centre des débats (Photo Celik Erkul)

Saint-Etienne. La suppression de services, le départ de médecins non remplacés, le manque de lits d’Ehpad… autant de thèmes de discussion engagés avant la réunion du comité de pilotage pour la santé en Loire sud le 7 juillet. Mardi soir, près de 300 personnes étaient réunies dans un amphithéâtre de Tréfilerie à Saint-Etienne à l’appel des syndicats CGT et FO. Il s’agissait de débattre de l’avenir des hôpitaux de proximité et le site de Feurs, naturellement, était au cœur des débats.
Pour le Dr Olivier Nicolas, généraliste à Panissières, « il est clair que les hôpitaux de proximité favorisent l’implantation de médecins en milieu rural ». Le médecin de famille peut adresser un patient à un spécialiste ou aux urgences en cas de nécessité.
Le maire de Bussières, Georges Suzan, rappelait à la tutelle : « Pour faire passer la fermeture de la maternité de Feurs vous nous avez annoncé l’ouverture de la maison de périnatalité. Maintenant, vous voulez la fermer aussi. Comment vous croire ? »
Pas de fermeture de maternité
Gilles de Lacaussade, directeur général adjoint de l’Agence régionale de santé, rappelait, chiffres à l’appui, que, contrairement à ce qu’on pourrait croire, « L’État continue à donner plus d’argent chaque année pour la santé ». Il démentait également la rumeur d’une fermeture de maternité dans la Loire et assurait : « On ne laissera pas tomber ce territoire. » Plus généralement, selon les syndicats, il manque 1 000 lits d’Ehpad sur le département comme si les personnes les plus vulnérables étaient « les oubliés de la santé ».
La sénatrice communiste Cécile Cukierman constate simplement que l’accès par la route au CHU est devenu compliqué pour les secours.
Pour l’urgentiste Christophe Prudhomme, il est clair que « les urgences sont devenues le médecin traitant d’une partie de la population ». Or, c’est bien le généraliste qui peut faire barrage pour éviter ces arrivées non justifiées. Mardi 7 juillet, une nouvelle réunion est prévue pour le comité de pilotage qui réfléchit à l’avenir du territoire de santé en Loire sud. Les propos entendus une semaine auparavant intégreront le débat.
Yvette Granger

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *