Environnement : Tourisme et fret fluvial

Share Button

3ème printemps de l’Oudan

Le 30 avril, j’ai participé au 3ème printemps de l’Oudan pour défendre le retour du fret sur le canal de Roanne à Digoin.

Ici avec Evelyne Rivollier, sénatrice de la Loire et René Lapallus.

Roanne : Printemps de l’Oudan

Share Button

Débat sur le retour du fret fluvial sur le canal de Roanne à Digoin.

Photo DMP1190651 –Plus de photos ici

Avenir du canal

Share Button

Interview au Pays Roannais suite dans le cadre de la réunion du 2 juin 2014.

140605 le pays canal

 

Retour du fret sur le canal

Share Button

140602 cecile-cukierman-photo-max-chapuis-2Article du Progrès suite à la réunion du 2 juin.
 « Le retour d’un trafic commercial ne nuira pas à l’essor touristique du canal ». ©Max Chapuis

Transport fluvial. Le fret sur le canal de Roanne à Digoin à tout son sens. C’est le message de la sénatrice, Cécile Cukierman

Vous faites partie d’un comité informel sur le transport fluvial entre Roanne et Digoin. Quel est son objectif ?
Ce comité veut sensibiliser le grand public sur la question du fret et de la remise en activité d’une voie commerciale sur le canal entre Roanne et Digoin. Des choses ont avancé ces dernières années. On sait par exemple que le souci de faire passer des péniches de gros gabarits n’existe que sur quelques kilomètres.

Est-ce qu’il a été nécessaire de lever des freins dans l’esprit du grand public ?
On a gagné une unanimité sur le fait que le retour d’un trafic commercial ne nuira pas au développement touristique du canal. Au contraire, c’est un atout. Car si on a un trafic commercial cela veut dire qu’il y aura un entretien permanent du canal et des berges. Tout le monde est d’accord pour dire que les deux activités s’enrichissent l’une de l’autre.

Ce trafic est-il viable économiquement ?
Des entreprises en aval seraient intéressées pour amener des marchandises sur le Roannais. Il reste maintenant à trouver des entreprises locales pour que la péniche ne reparte pas à vide. Avec tout le débat sur le développement durable, la question des poids lourds, l’avenir sera ferroviaire et fluvial. Anticipons-le et ne passons pas à côté de ce que sera le progrès demain.

 

Réunion sur le fret fluvial

Share Button

IMG_4840 (Copier)Roanne : Le canal de Roanne à Digoin, une alternative au tout routier.

J’ai organisé à Roanne, une réunion sur la diversification des modes de transport dans le roannais et plus particulièrement sur le développement du fret fluvial.

Elle a rassemblé, outre les plaisanciers et les bateliers, des représentants de VNF, des collectivités territoriales et de l’Etat. Une première entreprise était présente, ce qui confirme le réalisme de nos propositions. Une nouvelle étape est franchie pour voir revenir des activités de transport commercial. L’enjeu économique et écologique n’échappe à personne.

Ma lettre parlementaire n°2

Share Button

Au sommaire : la réforme territoriale ; la loi ALUR ; la DGF ; la diversification des modes de transport ; mes questions au gouvernement et mon activité au plus près des communes.

Canal de Roanne : Article du Progrès

Share Button

130618 le progrès canal Article paru dans le journal le Progrès du 18 juin 2013 130618 le progrès

Canal de Roanne

Share Button

Un article du blog du Liger club de Roanne sur la réunion du 17 juin

canal RoanneUne sénatrice pour le retour des péniches marchandes

Diversification des modes de transports dans le roannais

Share Button

Bientôt le retour d’une péniche marchande ?

P1110924J’ai initié le 17 juin, une seconde réunion sur la diversification des modes de transport dans le Roannais, le développement des transports fluviaux et fret pour un nouveau développement économique et la préservation de l’environnement. Elle faisait suite à celle que j’avais organisée en mai 2012 et devait permettre de tirer un bilan des actions engagées.

Avec plus de 40 participants d’origines diverses : Plaisanciers, affréteurs, mariniers, élus locaux, représentants de VNF, gestionnaires du port, organisations syndicales…nous avons pu faire le constat que les mentalités évoluent, certains verrous sautent, des soi-disant difficultés techniques s’aplanissent. Le sondage réalisé par les plaisanciers montre qu’il n’y a en réalité que deux points durs de moins de 50 mètres de long au total sur toute la longueur du canal. Lire la suite